lundi 2 juillet 2018

Un maire au comportement pitoyable

Voici la tribune d'opinion que les élus de notre Groupe ont transmis au service communication afin qu'elle soit publiée dans le Mag de juillet. Elle traite de l'attitude du maire et de son adjoint aux associations, qui, après avoir refusé leur aide à l'école Espoir Autisme, cherchent, sans honte, à s'attribuer le mérite des résultats obtenus par le député auprès du territoire et de l'administration.




Dans un texte aussi long que maladroit, le maire tente de nier le rôle majeur joué par le député de notre circonscription dans la mise en œuvre de mesures de soutien à l’école Espoir Autisme, pour s’en attribuer, seul, le mérite.

Ne soyons pas dupes.



Au cours de la réunion du conseil municipal du 2 mai c’est bien lui qui a refusé de faire voter une aide de 20000 €. C’est lui également qui a osé soutenir que la fermeture de l’école pourrait lui permettre de renaître de ses cendres. Lui, enfin, qui a accusé notre représentant de vouloir faire pleurer dans les chaumières !  (Voirla vidéo sur notre site)

Dans son message aux Villecresnois il affirme avoir demandé une aide au GPSEA dès le 24 janvier 2017 sans s’étonner que près d’un an et demi plus tard il n’avait toujours pas reçu de réponse. Monsieur Guille démontre ainsi lui-même son faible poids dans l’instance intercommunale ! En réalité la réponse positive du Président du T11 en date du 28 mai a fait suite à la demande expresse du député.

Il énumère enfin une suite de lettres au Président de la République ou à l’administration, restées toutes sans réponse, alors que dans le même temps, le député, lui, décrochait des rendez-vous qui devraient permettre d’avancer vers la pérennité de l’école.

Le député avait promis aux familles qu’il les aiderait ; il l’a fait. Un an plus tôt le maire leur avait promis la même chose mais il est revenu sur ses engagements.

Inutile d’en dire davantage.

dimanche 17 juin 2018

Une réalité des finances inquiétante et bien loin des discours tenus

La réunion du conseil municipal qui s'est tenue le 2 mai dernier comportait l'approbation du compte administratif 2017. C'est un sujet important car si, lors du vote des budget il s'agit de se prononcer sur des prévisions ou des engagements, l'examen du compte administratif permet, lui, de juger de la réalité des politiques mises en oeuvre. Nous résumons ici le débat à travers 3 vidéos qui synthétisent la position de Villecresnes Avenir.

1) Dans son introduction, Didier Giard, notre représentant pointe l'écart entre ce qui avait été annoncé par le maire lors du vote du budget primitif 2017 puis repris ensuite dans le Villecresnes mag d'une part et ce qui a été réellement réalisé durant l'année 2017 d'autre part. C'est édifiant !


2) Dans la seconde vidéo, nous livrons ensuite une analyse complète de la situation des finances de notre ville :
  • Des recettes de fonctionnement qui ont été minorées lors du vote du BP 2017
  • Des dépenses de fonctionnement qui croissent en dépit des affirmations du maire
  • Une épargne de gestion ridiculement faible pour une ville de la taille de Villecresnes
  • Des investissements inscrits au budget et non réalisés
  • Sur la fiscalité dont on peut vérifier aujourd'hui que la dernière hausse de 11% était inutile 
  • Une hausse vertigineuse de l'endettement 
  • Des dépenses liées à la gouvernance très particulière du maire, telles que les frais d'avocat


Pour clore le débat, nos conclusions réalistes sont présentées sans concession pour la gestion non maîtrisée d'un maire qui se rêvait expert !



dimanche 3 juin 2018

Informations municipales

Voici deux informations qui intéressent la vie municipale
1) Audience au tribunal correctionnel
Le procureur de la République a fixé la comparution de Gérard Guille devant le tribunal correctionnel de Créteil, pour des faits de diffamation, au Mardi 26 juin 2018.
2) Un nouvel élu au conseil municipal 
A la suite du décès d'Annie-France VIDON, c'est Pierre LENTIER qui sera appelé à intégrer le conseil municipal, au sein du Groupe VILLECRESNES AVENIR.
Pierre Lentier est âgé de 59 ans, il est marié et père de 2 enfants
Villecresnois depuis plus de 20 ans, il travaille dans la fonction publique territoriale où il est cadre catégorie A. Il possède une forte expérience de l’administration des communes et des enjeux politiques et institutionnels.
Conseiller municipal à Villecresnes entre 2010 et 2014, il est également dirigeant d’une équipe professionnelle de handball, examinateur et correcteur des concours de la fonction publique territoriale, chargé d’enseignement à l’université de Créteil, et administrateur de plusieurs instances départementales et régionales.


mercredi 30 mai 2018

Ignorant et sans scrupule !

Nous poursuivons la publication du compte-rendu de la réunion du conseil municipal du 2 mai.

Lors du débat concernant l'adoption de l'Agenda d'Accessibilité Programmé (cliquer), il nous a été donné d'entendre le maire accuser l'équipe précédente “de n'avoir rien fait et de n'avoir même pas mis en place la commission accessibilité” (sic) (intervention du maire à partir de 3:30)



La réponse sera donnée ici par Agnès Ekwé, adjointe au maire, qui présidait cette commission.

“J'ai ressorti le dossier dans lequel j'ai retrouvé le bilan de la commission entre son installation en octobre 2010 et mars 2014.
Création : délibération du 19/06/2010
Installation : 21/10/2010 (CR, feuille de présence)
La commission s'est réunie ensuite 9 fois. J'ai des CR et/ou relevés de décisions et les feuilles de présence pour la plupart des séances.
La Commission Communale d'Accessibilité (CCA) a été consultée non seulement sur les aménagements de mise en accessibilité de voirie ( par exemple 200 abaissement de trottoirs, places Personnes à Mobilité Réduite (PMR) mais sur les travaux plus importants ( Maison des associations, salle polyvalente, jardins familiaux, projet du parc du château...)et aussi sur les plans des logements de la Rue D'Yerres.
Un bilan a été présenté en fin d'année de 2011 à 2013 : réalisations, budget.
En plus du budget alloué à la commission, de mémoire 50 K€ annuels, une part du budget voirie a été aussi consacrée aussi à l'accessibilité.
La CCA a accueilli une stagiaire pendant six mois de février à septembre 2013 pour établir le recensement de l'offre de logements accessibles, son rapport a été présenté en CCA le 4 juillet 2013.
Enfin, les études menées au niveau intercommunal ont régulièrement été présentés et validés en CCA, par exemple l'étude sur l'accessibilité des bâtiments recevant du public et de la voirie aux personnes à mobilité réduite réalisé par le PACT, l'élaboration du PAVE.
Dernier détail, nous avions ouvert la CCA à l'opposition qui était représentée par Martine Sjardin.
Bref une belle activité!

Agnès.”


Cette réaction de monsieur Gérard Guille le montre pour ce qu'il est : un maire qui ne connait pas les dossiers et, pire, qui ne les travaille pas avant de présider les réunions du conseil municipal. 
Aujourd'hui il accuse ses prédécesseurs de n'avoir rien fait, hier il les accusait d'avoir volé tous les dossiers, mais ça c'est une affaire qui n'est pas close.



lundi 28 mai 2018

Retour sur les réservations d'appartements du projet COGEDIM

Alertés par plusieurs habitants de notre ville, qui se sont présentés à la première heure du premier jour au bureau de vente pour se porter acquéreur d’un appartement avec attique et a qui il a été répondu : “Tout est déjà réservé”, nous avons, au cours de la réunion du conseil municipal du 2 mai,  interpellé le maire sur de possibles irrégularités dans système des pré-réservations. Voici la vidéo de cet échange :


Dans sa réponse, comme dans la lettre distribuée après cette réunion, le maire s'offusque de la question ouverte de l’opposition et rejette tout délit d’initié. Il s’appuie sur une réponse de la COGEDIM que l'on pourra lire dans son intégralité en cliquant ici.

Nous prenons acte de cette réponse mais qu'il nous soit permis néanmoins de faire quelques observations :
  1. Nous n'avons rien affirmé, mais simplement questionné les élus de la majorité pour qu'ils nous confirment que rien d'irrégulier ne s'était produit. Nous sommes totalement dans notre rôle.
  2. Un élu de Villecresnes Avenir, Monsieur Cullier de Labadie, a rencontré le maire à la mi-avril pour évoquer cette question et la réponse de ce dernier fut : “je vais interroger COGEDIM et je vous recontacterai”. Monsieur Guille n'a jamais donné suite. Nous avons publié notre lettre ouverte aux élus majoritaires le 27 avril, soit près de 2 semaines après avoir averti le maire oralement, et en absence de réponse de sa part.
  3. Notre question précise était “Pouvez-vous nous donner l’assurance qu’aucun élu ou proche d’élu de votre équipe n’a bénéficié d’un tel avantage ? Monsieur le maire a répondu pour les élus mais pas à propos des proches. (Famille, amis)
  4. Est-il possible que des réservations illicites aient eu lieu et qu'elles aient été annulées à la suite de notre action ? Nous ne le saurons jamais, mais dans l'absolu ce n'est pas impossible.
Seul le constat qui sera fait à la livraison des appartements permettra d'y voir clair


dimanche 27 mai 2018

Avenir de l'école ESPOIR AUTISME (suite)

Dès le 3 mai, nous vous avons rendu compte de la décision du maire de laisser mourir l'école ESPOIR AUTISME, créée à Villecresnes en 2011. (Rappel historique : cliquer)

Voici un extrait vidéo du débat qui a eu lieu au cours de la réunion du conseil municipal qui s'est tenue le 2 mai.


Cet extrait permet de mesurer l'absence totale d'empathie du maire à l'égard des enfants autistes et de leurs familles. Il affecte une pseudo-rigueur de gestion alors qu'il lui était demandé de permettre à cette école de tenir jusqu'à la mise en oeuvre des solutions institutionnelles propres à garantir la pérennité de la structure. Certes, cela pouvait porter sur une voire deux années, mais la somme demandée 25000 €/an ne représente qu'une part infime d'un budget municipal de plus de 16 millions d'euros comportant par ailleurs beaucoup de dépenses discutables.

Au cours de cet extrait chacun pourra entendre que le maire envisage froidement la disparition de cette école, puisqu'il ose déclarer publiquement que comme le phénix, elle pourrait renaître de ses cendres. Puis il ira jusqu'à accuser notre représentant qui le place devant ses responsabilités de “vouloir faire pleurer dans les chaumières”.

Comment peut-on oser prononcer de telles expressions ? Comment peut-on être aussi froid, aussi insensible à ses responsabilités sociales ?

Si rien n'est fait dans les prochaines semaines, l'école fermera. Les responsables de l'association, appuyés par nos élus, ont repris l'attache du député Laurent Saint-Martin pour que la mise en place des solutions sur lesquelles il travaille puissent être accélérées.

En attendant il nous reste l'espoir.

vendredi 25 mai 2018

Les rencontres de Villecresnes Avenir


Vous avez été très nombreux à répondre au questionnaire et à nous faire part de vos remarques ou attentes sur la gestion de votre ville et ceci montre le vif intérêt que vous portez à votre cadre de vie local.
Si vous souhaitez un retour sur ce questionnaire, si vous n’y avez pas répondu mais que vous souhaitez contribuer au projet futur, si vous désirez nous faire partager vos idées ou remarques, ou obtenir une réponse à vos interrogations, venez nous rencontrer lors des matinées rencontres de Villecresnes Avenir.

Elles se tiendront à la maison des associations, 44bis rue de Brunoy, de 9h à 12h les samedis 26 mai, 2, 9 et 30 juin. Des élus seront là pour vous écouter et répondre à vos questions.


 Si vous ne pouvez pas vous déplacer mais que vous voulez construire avec nous un avenir pour notre commune, faites-nous part de vos idées en nous écrivant à contact@villecresnes-avenir.fr

mercredi 16 mai 2018

COMMUNIQUÉ



Ses collègues élus du groupe Villecresnes Avenir au sein du conseil municipal de Villecresnes et l’ensemble des adhérents de l’association, ont l’immense tristesse d’annoncer le décès, d’Annie-France VIDON, survenu hier soir, mardi 15 mai.

Élue depuis 1995, elle a exercé ses responsabilités municipales sous 5 maires : Pierre Gravelle, Xavier Pozzo di Borgo, Pierre-Jean Gravelle, Daniel Wappler et Gérard Guille.

Durant 13 années, elle fut adjointe au maire en charge des affaires scolaires, fonction dans laquelle elle avait réalisé un travail de fond et gagné la confiance des enseignants, du personnel des écoles, des parents d’élèves et de leurs représentants.

Nous pensons à sa fille Astrid, à sa petite-fille Elisa et à toute sa famille.   

La cérémonie d'obsèques sera célébrée mercredi 23 mai 2018 à 10h30 en l'église de Villecresnes

mercredi 9 mai 2018

Le maire de Villecresnes renvoyé devant le tribunal correctionnel

Après plus de deux années de procédure, malgré plusieurs appels et un pourvoi en cassation introduits par son avocat, le juge d'instruction vient de prendre une ordonnance de renvoi devant le tribunal correctionnel, à l'encontre de Gérard Guille, pour diffamation envers particuliers.



Cliquer sur les images pour agrandir
Le 15 septembre 2015, plusieurs élus de la précédente équipe municipale, dont l'ancien maire, avaient déposé une plainte pour diffamation contre Monsieur Gérard GUILLE, suite aux propos tenus publiquement lors du conseil municipal du 30 juin dernier, au cours duquel il avait violemment accusé les membres de l'ancienne majorité d'avoir emmené l'ensemble des dossiers en cours, à l'issue de leur mandat. Les personnes mises en cause avaient considéré que cette accusation, gravissime dans son contenu et sans fondement, portait gravement atteinte à leur image publique et à leur honneur. 



L'acharnement du maire et de son avocat n'auront donc pas suffi pour lui éviter de comparaître.



jeudi 3 mai 2018

Réunion de conseil municipal tendue

Voici, à chaud, quelques éléments d'information sur la réunion du conseil municipal qui s'est tenue hier soir, 2 mai. Tous ces points ont été filmés et les vidéos seront mises en lignes dans quelques jours.

Débat sur l'avenir de l'école Espoir Autisme
Le maire a déclaré avoir versé 23500 euros en 2017 et plus si l'on tient compte des prestations et des prêts de salle. Il a ajouté que la municipalité n’accorderait aucune subvention exceptionnelle à l'association Espoir Autisme et tente de s’abriter derrière les Villecresnois dont il signale le peu d’engagement pour cette cause.
Il oublie simplement qu’un maire a la responsabilité et le devoir moral d’aider les familles de sa ville lorsqu’elles se rencontrent des problèmes qu’elles ne peuvent résoudre seules.
Ce qui est demandé à la municipalité, c’est d’aider l’association et les parents en attendant la mise en place de moyens institutionnels.
Il refuse. Il devra donc rendre des comptes si cette école pour enfants autistes venait à fermer.
Pour notre part nous reviendrons sur ce sujet grave dans les prochains jours et nous évoquerons les ressorts du comportement de messieurs Guille et Debarry sur cette question.

Lire l'article publié par Le Parisien 
“Il n'a jamais été question de réattribuer une telle somme en 2018” rétorque Thierry Debarry. N'en déplaise à cet adjoint, dont le souhait de nuire à l'association semble sans limite, Gérard Guille avait déclaré alors “Je confirme l'engagement à pérenniser cette école..”. Il suffit de revoir la vidéo de cette déclaration :



Réservation des grands appartements du projet COGEDIM

Le maire s’est offusqué de la lettre ouverte de l’opposition et rejette tout délit d’initié. Il s’appuie sur une lettre de la COGEDIM qui est bien alambiquée. La voici : Lettre de la COGEDIM (cliquer)
Nous prenons acte de cette réponse et donnons rendez-vous à tous lors de la livraison des appartements : nous verrons alors si la vérité nous a été dite ce 2 mai 2018.

Accessibilité
L’accès des personnes à mobilité réduite aux bâtiments publics a donné lieu à des débats houleux. L’étalement des dépenses sur 9 années a été refusé par l’opposition qui juge le délai beaucoup trop long et craint un effet d’annonce de la part du maire et le report des réalisations vers son successeur.
Le maire a également été mis en défaut au sujet de l'action passée de la commission à l’accessibilité dont l’existence remonte à l’ancienne mandature qui a un certain nombre de travaux à son actif, contrairement à ses accusations.

Finances
L’examen détaillé de l’exercice budgétaire 2017 est inquiétant pour ceux qui seront aux affaires lors du prochain mandat : évolution des charges à caractère général et des frais de personnel, augmentation de la dette et des impôts, baisse de l’épargne, investissements prévus non réalisés..(sur les 6 millions d’investissement prévus seulement 3 ont été engagés. Vive les nids de poule et les pissenlits dans le cimetière. Nos impôts enrichissent les banques.)
Exposé complet de notre analyse bientôt en ligne 

Subventions aux associations

Décidément nous ne saurons pas comment les subventions sont attribuées aux associations. Monsieur Debarry a été mis en cause par l’opposition au sujet de l’opacité de ses pratiques et de l’absence de règles d’attribution clairement énoncées. La “tête du client” ne saurait être une politique. Le maire ne l'a pas soutenu.

Des amendes injustement payées par la collectivité
Nos élus ont identifié dans le budget 2017 le paiement d’une amende de 675 €. Il s'agit d'une amende pour non dénonciation de conducteur et selon les textes en vigueur cette amende aurait dû être payée par le maire sur ses deniers propres et non par le budget municipal. 


Nous allons y veiller !


vendredi 27 avril 2018

Lettre ouverte aux élus de la majorité municipale


Villecresnes Avenir a été saisi par plusieurs personnes, toutes Villecresnoises, qui se disent choquées et qui s'interrogent à la suite de la réponse qu'elles ont reçue de COGEDIM lorsqu'elles se sont présentées dès l'ouverture de leur bulle de vente. L'affaire pourrait se révéler sérieuse. C'est la raison pour laquelle les élus de notre groupe ont souhaité interpeller publiquement ceux de la majorité municipale et, pour être certains d'obtenir une réponse, ils ont adressé au maire une question orale à laquelle il devra répondre au cours de la réunion du conseil prévue mercredi 2 mai. (Cliquer)
Cette réponse sera filmée.


Mesdames et messieurs les élus de la majorité municipale, 

Nous avons été alertés par plusieurs habitants de Villecresnes désireux de se porter candidat à l’acquisition d’un appartement avec attique dans un des futurs immeubles du centre-ville. Ces personnes nous ont déclaré s’être présentés, à la première heure du premier jour, au bureau de vente mis en place par le constructeur et s’être vu répondre : “Tout est déjà réservé”.

Depuis il se dit dans la ville, avec insistance et noms à l’appui, que des élus de la majorité auraient pu bénéficier d’une priorité de “pré-pré-commercialisation”. Si cela s’avérait exact, ce serait gravissime, des points de vue éthique pour votre équipe et pénal pour ceux qui se seraient rendus coupables de ce délit d’initié.

Lors de la prochaine réunion du conseil municipal qui se tiendra mercredi 2 mai, nous poserons une question orale au maire afin qu’il apporte, en votre nom, une réponse précise à la question suivante :

Pouvez-vous nous donner l’assurance qu’aucun de vous ou de vos proches n’a bénéficié d’un avantage d’initié par rapport à l’ensemble des Villecresnois ?

Nous attirons votre attention sur le fait que la réponse sera enregistrée et que les acheteurs seront connus à la livraison des appartements.



Les élus du Groupe Villecresnes Avenir au conseil municipal




jeudi 12 avril 2018

Mag d'Avril : page 17 on pleure, page 20 on rit !


Le 2 décembre 2016, le maire de Villecresnes avait déjà reçu le bonnet d’âne de la démocratie locale. Ses publications dans la presse municipale pourraient bien lui valoir d’en recevoir prochainement un second pour sa pratique du mépris et du manque de respect.


Voici deux exemples tirés du dernier magazine municipal :

Le maire consacre une page du dernier magazine à un article appelant à sauver l'école d'Espoir Autisme. Cet article n'a été écrit que parce que nous l’avons accusé de lâcher l'école et ses enfants.
Nous persistons et nous signons. Ses courriers ne sont rien d’autre que des prétextes à fuir ses propres responsabilités et il ose présenter l’installation d’une “urne” en mairie comme sa contribution au sauvetage de l’école. Cela ne répond en rien au problème qui est posé et s’il voulait vraiment sauver cette école pour enfants autistes il lui suffirait de ne pas réduire la subvention municipale accordée unanimement par le conseil municipal en 2017. Cette subvention a pour objet de se donner du temps afin d’obtenir des garanties de pérennité de la part des pouvoirs publics. C’est donc bien le refus du maire et le silence honteux de ses colistiers qui risquent de condamner l’école à court terme.
C’est dramatique pour les familles concernées.

 Autre aperçu de son aplomb et du dédain dont il fait preuve à l’égard des lecteurs du magazine. Dans sa tribune il accuse l'opposition de pratiquer les fake news. Qui peut le croire ? Car là encore nous maintenons les faits. En revanche nous faisons observer que l’homme qui accuse les élus de Villecresnes Avenir de manipuler leurs concitoyens par de fausses informations est un maire mis en examen pour diffamation qui risque un renvoi prochain devant le tribunal correctionnel. C’est aussi le maire du Val-de-Marne le plus condamné par la justice pour ses nombreux manquements au respect de la loi. 
Là c’est donc franchement comique !



lundi 9 avril 2018

Un bilan léger, une lecture lourde....



Au terme de 4 ans d’exercice des responsabilités municipales, le maire et son équipe ont fini par publier un bilan de leur action.

Quand on manque d’opérations novatrices et réussies pour valoriser son travail, il reste à tenter de donner le change par la quantité. Asphyxier le lecteur ou noyer le poisson en quelque sorte.

En réalité, en matière de bilan il faut savoir prendre de la hauteur et aller à l’essentiel. En faisant cela, nous n’aurons pas besoin de 16 pages remplies de 60 encadrés pour résumer le bilan de monsieur Gérard Guille et de son équipe depuis 2014. 10 lignes suffiront :
  • Une hausse brutale et injustifiée des impôts locaux de plus de 10%,
  • Le bétonnage tous azimuts de la ville, bien au-delà de projets déjà lancés
  • La réduction drastique de l’entretien des voiries,
  • L’annulation de la fête de Villecresnes,
  • La suppression de l’ancien “salon d’automne”, faute de compétences pour l’organiser convenablement et le renoncement au salon des métiers d’art
  • La réduction des manifestations culturelles à la portion congrue (hors partenariats notamment avec La Rue et ce qui est le fait des associations)).
  • Des relations avec nos villes jumelles réduites comme peau de chagrin (hors actions initiées par l’AVESF)
  • L’externalisation de l’organisation du vide-greniers,
  • Un marché qui dépérit,
  • Des commerçants inquiets pour l’avenir.
N’est-ce pas plus synthétique et plus clair ?

Le coût de réalisation de ce document de pure communication aurait été plus utile en subvention destinée à l'école Espoir Autisme

mercredi 28 mars 2018

L'association ESPOIR AUTISME lâché par le maire

Le 6 mai 2017, à l'occasion d'une soirée caritative organisée par l'association ESPOIR AUTISME 94, le maire avait annoncé sa décision de lui accorder une subvention de 20000 € pour assurer la pérennité du fonctionnement de son école. 

Villecresnes Avenir avait d'ailleurs salué comme il se devait cette décision du maire. Cliquer ici

Nous pensions que cette subvention, qui représente peu en regard d'autres dépenses municipales mais qui est énorme pour le futur des jeunes autistes pris en charge par cette association, deviendrait récurrente.  Eh bien NON !
Le maire se renie et ne veut plus payer. Pourquoi ? Ce n'est pas clair et vous pourrez en juger en écoutant sa réponse fuyante  à notre question.


Il se contente désormais de jouer l'écrivain public, d'invoquer le territoire qui n'a pas la compétence pour intervenir, de s'en remettre au Président de la République et peut-être bientôt de saisir le Pape ! Il se moque du monde, comme tous les membres de son équipe qui acceptent cette situation sans rien dire.

Certes, 20000 € par an c'est insuffisant pour assurer définitivement la poursuite de la scolarité adaptée des enfants de l'école ETOILE et rassurer des parents inquiets, mais cela peut donner le temps nécessaire à l'action des pouvoirs publics.

Un peu d'humanité et de relativité monsieur le maire car ce qui vous est demandé représente moins de 2 mois d'indemnités de vos élus sans beaucoup de contreparties de la part de certains d'entre eux

Contrairement à vous, mesdames et messieurs les élus de la majorité, Villecresnes Avenir considère que les enfants qui, par la force des choses, fréquentent cette école constituent une priorité.

lundi 19 mars 2018

OPACITÉ et HYPOCRISIE

Lors de la réunion du conseil municipal du 15 février dernier, le représentant de Villecresnes Avenir, a demandé formellement au maire d'avoir accès à l'ensemble du dossier de consultation concernant le projet du centre-ville. Réponse du maire : “aucun souci”


Et pourtant !  Voici ce qui s'est passé ensuite :
  • Lundi 5 mars 2018 à 9h45, notre élu appelle le maire afin de lui communiquer des dates de disponibilité. Le maire confirme son accord et lui indique en informer immédiatement le Directeur du service Urbanisme. Le même jour ce dernier propose un rendez-vous fixé au 14 mars.
  • Le 8 mars , monsieur Jacques LOCHON, adjoint en charge de l'urbanisme, adresse un mail à monsieur CULLIER de LABADIE pour reporter le rendez-vous  à une date ultérieure.
  • Le 13 mars,  le directeur des ressources monsieur BASSOULET indique à notre élu avoir reçu instruction de messieurs DEBARRY et LOCHON  de renvoyer la consultation du dossier au retour du maire.
Face à cette volonté manifeste de cacher le dossier de consultation ayant abouti à la désignation de COGEDIM comme opérateur pour ce projet immobilier, les élus de Villecresnes Avenir n'ont eu d'autre choix que d'introduire une action en référé auprès du juge administratif


En attendant il est permis de se poser plusieurs questions :
  • Pourquoi est-on revenu sur l'accord donné en séance et au téléphone ? Le maire joue-t-il les hypocrites ?
  • Que vient faire monsieur Debarry dans cette affaire ? Se voit-il déjà calife à la place du calife ? 
  • Quel est le rôle exact de monsieur Lochon toujours incapable d'expliquer quoi que ce soit ?
  • Y a-t-il eu une vraie consultation ? Si oui a-t-elle été réalisée dans les formes adéquates ? 
  • De quoi le maire et ses colistiers ont-ils peur ? Existe-t-il des accords cachés ?
Déjà en 2015 le maire avait refusé obstinément de nous communiquer l'audit des finances auquel il faisait dire ce qui l'arrangeait. Il aura fallu que le juge administratif le contraigne à publier ce rapport pour que l'on s'aperçoive que tout était manipulé. 

De la même manière, la modification du PLU qui, aujourd'hui, rend possible l'opération immobilière du centre-ville, n'a fait l'objet que d'une information passive au cours des mois de juillet et août 2017 et le projet lui-même n'a jamais été présenté à la population.

Villecresnes Avenir ne cédera pas face à ces élus dissimulateurs


mercredi 14 mars 2018

Réponses aux questions posées au cours de la réunion du conseil du 15 février

Voici les réponses apportées par le maire à trois de nos questions. Celle qui portait sur l'avenir de l'Ecole Espoir Autisme, fera l'objet d'une publication particulière dans les prochains jours.

La première de ces trois questions consistait à demander au maire d'expliquer à ses administrés les raisons pour lesquelles, en dehors de toute prudence et sans la moindre parcelle de bon sens, il s'est fait élire vice-président d'une association de maires dirigée par un élu habitué aux condamnations judiciaires ? Peut-être était-ce la seule organisation qui lui offrait un titre dont il semble raffoler par dessus tout ?
Sa seule réponse : il ne savait pas ! pourtant un peu de jugeote aurait permis de savoir 


La seconde question avait trait aux études et réalisations effectuées par la Commission Communale pour l’Accessibilité des Personnes Handicapées (CCAPH).


La dernière portait sur le traitement d'un dépôt sauvage rue du Sallé. Il aura fallu la ténacité des habitants, l'intervention d'un élu de Villecresnes Avenir et la publication d'articles dans la presse pour qu'enfin la ville se décide à agir. Comme à son habitude CEPAMAFOTE se défausse....cette fois sur Intermarché


dimanche 11 mars 2018

Nous avons besoin de votre avis

Nous souhaitons recueillir votre avis sur tous les sujets qui concernent la vie à Villecresnes.

Répondre à notre questionnaire ne vous prendra que quelques minutes, mais cela constituera pour nous une aide précieuse dans notre mission et pour vous un acte d'engagement important vis à vis de votre commune.

Cliquer sur l'image ci-dessous  pour commencer à répondre 



lundi 5 mars 2018

Compte rendu de la réunion organisée par le maire et la COGEDIM


Jeudi 1er mars, le maire et la COGEDIM avaient organisé une réunion à la salle cheminée du Bois d'Auteuil pour présenter le projet immobilier dit du centre-ville. Des élus et des représentants de Villecresnes Avenir étaient présents. Ils ont préparé ce compte-rendu pour informer les Villecresnois.


La réunion s’est ouverte devant une assemblée de 70 à 80 personnes.
Le Maire a, tout d’abord, rappelé que cette réunion était une réunion de lancement de la commercialisation réalisée par la COGEDIM et AKERA son partenaire.
Ensuite la COGEDIM a présenté son équipe et les commerciaux dans la salle. Elle a rappelé la génèse du projet et s’est félicité d’avoir gagné la consultation.

Après une rapide présentation du projet, des questions ont fusé dans la salle sur les risques de saturation du centre-ville déjà très encombré.
Certains participants ont dénoncé des choix étonnants de la COGEDIM pour un immeuble de ce standing, à savoir, une seule place de parking pour les T2 et T2 avec alcôve, un chauffage collectif et l’absence de cave ou de box. Au total ce sont 118 places de parking privées pour 79 logements.
La scolarité reste un problème critique. Un parent s’est ému de voir la publicité de la plaquette COGEDIM proposant une école à 5mn alors que ses enfants sont scolarisés au Bois d’Auteuil. Le maire est resté flou sur les projets futurs et n’a cité que les ouvertures de classes déjà décidées afin de régler les problèmes actuels de surnombre. Rien n’est envisagé à ce jour en matière d’infrastructure scolaire et associative pour prendre en compte les besoins futurs.
Le problème des parkings publics a été soulevé par plusieurs participants et suscite de nombreuses interrogations et inquiétudes.
Pourquoi une réduction du nombre de places privées à une place pour les T2 qui représentent 40% des logements prévus ? La modification du PLU est édifiante puisqu’elle créé une dérogation uniquement pour cet immeuble.
Aucune place privée n’est prévue pour les 600m² de locaux commerciaux. La modification du PLU sur ce point est imprécise et demande à être explicitée et interprétée.
Les livraisons apparemment devront se faire en passant par l’accès pompier.
La croissance du nombre de parkings publics oscille entre 30 et 50 places. Il s’agit de 72 places créées en sous-sol et 17 places supplémentaires en aérien à la localisation mal définie face à une quarantaine de places existantes et supprimées par la construction. A noter les coûts d’exploitation et de maintenance à prévoir pour le futur parking public en sous-sol.
Il est Indiqué que les futurs occupants des T1 et T2 pourront se garer sur les places publiques sans précision des conditions de stationnement.
Le Maire ne sait pas nous dire si les parkings publics seront payants ou gratuits.
Le maire et la COGEDIM ont été questionnés sur les risques hydrogéologiques et les conséquences sur l’environnement et les constructions périphériques. Les réponses n’ont pas convaincu par leurs imprécisions. A ce jour, il, n’est pas prévu de travaux spécifiques prenant en compte cette situation.
Pas de réponse sur les nuisances occasionnées par le restaurant (bruit des fumeurs le soir et odeur de cuisine)
Nous avons appris en réunion que l’aménagement de la place de 1200m² et du parking public en sous-sol seront payés par le contribuable Villecresnois. La mairie devra également prendre en charge la création d’un ascenseur PMR pour l’accès au sous-sol.
En fin de réunion un habitant a fait remarquer qu’il n’y avait pas eu de réunion publique sur ce projet et que plusieurs questions destinées à la mairie restaient sans réponse notamment sur le budget global de l’opération pour la commune. Le Maire passablement énervé a confondu consultation obligatoire pour la modification du PLU et réunion publique sur le projet du centre-ville. Il a refusé catégoriquement toutes réunions d’information.
Sur l’aspect financier la seule chose que nous pouvons estimer, c’est le chiffre d’affaires pour la COGEDIM et son partenaire qui devrait s’élever à 20 millions d’euros. Pour les autres éléments financiers nous sommes face à une opacité municipale avec un refus ferme de communiquer vers le contribuable qui devra pourtant payer l’addition.

mercredi 28 février 2018

Tentative de pression sur témoins à la mairie de Villecresnes

Tout le monde a suivi avec effarement la relation par la presse de l'affaire dite de la ferraille. Le dernier article, publié le 14 février (cliquer ici pour relire), faisait état de la garde à vue de six agents des services techniques et de la transmission, par les enquêteurs, du dossier au parquet. A cette affaire sont liées des plaintes pour harcèlement, prises très au sérieux par la justice.

Hier, 27 février, alors que l'enquête de police vient d'être close et que le Procureur de la République est sur le point de prendre sa décision sur les suites judiciaires à donner à cette affaire et à celles qui lui sont liées, le directeur du pôle ressources , sur instruction du maire, vient de décider d'ouvrir une enquête administrative pour, nous citons, “vérifier l'exactitude des dires et qualifier les faits”. Mais ou sommes-nous ?

Cliquer pour agrandir
Cette décision qui est à la fois une erreur profonde de procédure et une faute morale du maire et de son collaborateur, appelle de notre part plusieurs questions et remarques :
  1. Est-ce le rôle de l'autorité administrative locale de refaire une enquête pour “vérifier l'exactitude des dires et qualifier les faits” ? Imagine-t-elle que la Police a mal fait son travail 
  2. Il faut rappeler qu'au moment où des agents l'ont informé de l'existence du trafic, le maire a interdit à sa Directrice Générale des Services d'ouvrir une enquête administrative qui aurait précédé l'enquête de police. Il a même fini par la renvoyer brutalement. Pourquoi dans ces conditions, alors que le dossier d'instruction judiciaire est quasiment clos, lance-t-il cette curieuse procédure ?  
  3. Les agents (surtout ceux qui ont lancé les alertes bien sûr) vont “comparaître” devant le DGS et la DRH, sans témoin, sans personne pour les assister. Au moment où ces personnes pourraient être amenées à témoigner  face à la justice, la méthode interpelle.
Pour nous, le risque est grand que cette opération n'ait qu'un seul but : intimider ceux qui ont alerté, faire pression sur ceux qui ont déposé des mains courantes ou des plaintes, afin de tenter de les faire revenir sur leurs dispositions ou d'en limiter les effets. C'est grave, très grave. 

Nous rappelons à Messieurs GUILLE et BASSOULET, à Madame FAYETTE que la subornation de témoins est un délit grave au regard du droit pénal français.

On a bien compris que le maire était prêt à tout pour se préserver. Hélas pour eux, c'est à son DPR et à sa DRH qu'il tente de faire porter le chapeau

Dernière minute : Le Parisien publie un article sur le sujet et relate la position du maire (Cliquer ici)


lundi 26 février 2018

Conseil municipal : débat sur le projet du centre-ville

Au cours de la réunion du conseil municipal du 15 février, le maire a mis au vote un avenant à l'accord cadre partenarial pour la réalisation de l'opération urbaine du centre-ville.

Cette proposition a donné lieu à un débat, résumé dans la vidéo ci-dessous


On notera l'argumentation hésitante du maire, notamment lorsqu'il s'agit d'expliquer la problématique des parkings. Il n'en demeure pas moins qu'il confirme de fait une forte reculade par rapport au projet initial. 

Les changements apportés au projet, sont dus au combat mené par le groupe Villecresnes Avenir et par de très nombreux Villecresnois. Que tous en soient chaleureusement remerciés.  (Lire à ce propos notre dernière newsletter en cliquant ici)

Les élus de Villecresnes Avenir ont évidemment voté CONTRE ce nouvel avenant car le combat continue et d'autres garanties doivent être obtenues du maire et de la COGEDIM. 

C'est pourquoi nous invitons tous ceux que ce projet inquiète encore à venir poser leurs questions à la réunion d'information qui se tiendra :

Jeudi 1er mars à 19 heures à la salle cheminée du Bois d'Auteuil






samedi 17 février 2018

Déni de démocratie et manque de respect

Jeudi soir se tenait une réunion du conseil municipal.
Les élus de notre groupe souhaitaient intervenir et faire au maire, par le biais d'une déclaration préalable, un certain nombre de remarques sur le projet immobilier du centre-ville. C'est un processus tout à fait légal et communément admis dans toutes les instances qui fonctionnent de manière démocratique. Mais pas chez nous !

Monsieur Guille a obstinément refusé de laisser la parole aux représentants de Villecresnes Avenir, et ce, sans donner la moindre raison. Il est néanmoins permis d'imaginer que la parution d'un article peu glorieux sur sa gouvernance dans Le Parisien, la veille, ainsi que la présence d'agents dans le public l'aura fait basculer en mode “panique”.

Les élus minoritaires n'ont en réalité que deux moyens de se faire entendre et de faire avancer les dossiers importants : les questions orales (on y reviendra) et les déclarations générales. 
Le maire qui, déjà, refusait de répondre sérieusement aux questions qui lui étaient adressées refuse maintenant d'entendre. La démocratie traverse une période bien difficile à Villecresnes.
Encore 2 ans !

Voici deux vidéos qui permettent de se rendre compte des difficultés rencontrées par nos élus, mais également de leur ténacité et de la cohérence de leurs idées.
  • La première montre l'attitude du maire 

  • La seconde reprend la déclaration qu'il aurait dû entendre jeudi soir



A suivre dans les prochains jours, les autres moments forts de cette séance : le débat sur le vote du budget 2018 et la réponse aux questions orales 


lundi 12 février 2018

Actualité

Voici trois publications qui ont trait à la vie municipale villecresnoise

1) Un article du Parisien de ce jour qui pose la question du recul du maire sur le projet du .centre-ville. Le recul est réel et les nombreuses signatures recueillies à la lettre ouverte ont été déterminantes.
Cliquer sur l'image pour lire
2) La liste des questions qui seront posées au maire par les élus de notre Groupe pour qu'il y soit répondu lors de la réunion du conseil municipal du jeudi 15 février.
Cliquer pour lire l'ensemble des questions
3) Le coup de gueule d'un acteur engagé dans la vie des jumelages à la suite de la tentative du maire d'en "récupérer” la réussite alors que son implication est proche de zéro. (Cliquer ici pour lire)

jeudi 25 janvier 2018

Compte-Rendu de la réunion du conseil municipal du 10 janvier

Une réunion du conseil municipal s'est tenue mercredi 10 janvier. Elle était consacrée, pour l'essentiel, au débat d'orientation budgétaire. L'occasion de dépasser l'autosatisfaction affichée du maire quant à sa gestion et de débattre de la situation financière réelle de la ville.

Commençons par entendre le maire sur les indicateurs de sa propre gestion. L'extrait vidéo qui suit est un aveu de la dégradation importante de la situation financière de Villecresnes. On notera principalement 3 éléments qui constituent tous des menaces pour l'avenir :
  1. La hauteur de l'endettement et la diminution de notre capacité d'épargne, donc de remboursement : il faut aujourd'hui 9 années pour rembourser la dette, alors qu'à la fin de notre mandat c'était à peine 4. Et malgré cela, le maire parle encore de capacité d'endettement ! Mais qui se chargera de rembourser ? Son successeur sans aucun doute !
  2. La baisse sensible des marges de manœuvre qui restent, puisque le taux de dépenses incompressibles atteint 61% quand les services de l'Etat considèrent que le seuil d'alerte se situe à 65%. C'est très inquiétant !
  3. Une pression fiscale importante pesant sur les Villecresnois qu'il a accrue de plus de 10% et dont nous ne sommes pas certains qu'elle ne va pas encore s'accroître compte tenu de ce qui précède, son seul engagement étant de ne pas augmenter les impôts en 2018. A t-il seulement compris ce qu'est le potentiel fiscal d'une commune ? Son explication vaseuse à la fin de la première vidéo permet d'en douter. (* voir note en bas de page)

En réalité, dans cette vidéo, le maire apparaît peu convaincu par ce qu'il dit. Son attitude physique et ses mimiques expriment, au delà des mots, une vraie inquiétude quant à la situation dans laquelle il s'est lui-même placé.

Que nous dit-il sur les recettes et les dépenses ?


La hausse des recettes sera de 1,9%, celle des dépenses de 4,6%. En général les maires de “villes endettées” (ce que nous sommes depuis 2016) font l'inverse : ils maintiennent la hausse des dépenses à un taux inférieur à la progression de leurs recettes.

Et au chapitre des orientations, c'est presque tout pour la surveillance et les “caméras cachées”, seul sujet qui lui arrache un sourire. 


Monsieur Guille se voulait expert en finances locales et se permettait de donner des leçons de gestion il n'y a pas si longtemps. Ses résultats sont alarmants. L'avenir qu'il nous propose est vide et inquiétant. Aucun investissement en équipement culturel ou sportif n'est programmé. Ses réponses aux difficultés dans les écoles, se limitent à du bricolage. Les seules rues qui seront vraiment refaites le seront par l'intercommunalité. L'essentiel pour lui c'est la vidéosurveillance. Mais a-t-on vraiment estimé le coût d'un PC surveillance 24/24 ? En a-t-on réellement besoin ? Nous sommes à Villecresnes pas dans une zone de sécurité prioritaire.

Voici l'intervention de Villecresnes Avenir à propos de ce rapport financier et des orientations budgétaires proposées. 7 échecs de la gestion du maire sont clairement relevées.


* : Potentiel fiscal : Le potentiel fiscal d'une commune est égal à la somme que produiraient les taxes directes de cette collectivité si on appliquait aux bases communales  le taux moyen national d’imposition à chacune de ces taxes.

mardi 16 janvier 2018

Réponses aux questions posées au maire lors de la réunion du CM du 10 janvier 2018

Voici la vidéo des réponses apportées par le maire aux questions des élus du groupe Villecresnes Avenir lors de la séance du 10 janvier 2018.


1ère question :
Nous savons que des représentants des villes jumelles, présents lors du marché de Noel, ont été choqués de l’accueil qui leur a été réservé, au point de douter d’une prochaine participation. Confort des stands et repas semblent avoir été budgétés chichement.
Nos questions précises sont :
  • Quel était l’élu en charge d’organiser le marché de Noel ?
  • Quel budget avez-vous consacré à cette manifestation ?
  • Pourquoi n’avez-vous pas organisé parallèlement une participation de Villecresnes au marché de Noel de Weissenhorn ?

Comme d'habitude toute va bien. Les représentants de Weissenhorn et de Zibido étaient confortablement installés sous des tentes qui ne prenaient pas l'eau, ils ont été ébahis de la qualité des repas qui leur ont été offerts, ainsi qu'aux familles d'accueil, qui bien sûr étaient invitées. 
Mais, malgré la perfection de votre organisation, les membres de l'AVESF présents au marché de Noel de Weissenhorn pourront utilement conseiller  l'organisatrice, Mme Maillet, l'an prochain.

2éme question
La fréquentation du marché de Villecresnes décroît de mois en mois. Avez-vous effectué des mesures de son évolution, notamment depuis l’organisation en mai et juin 2015 d’un concours doté d’une TWINGO, censé relancer le dynamisme du marché ? La dépense effectuée pour l’occasion s’est-elle révélée efficace ?


Nous ne devons pas avoir la même conception de ce que devrait être un marché dynamique. Les Villecresnois pourront juger par eux-mêmes du sérieux que le maire apporte aux questions qui lui sont posées.

3ème question : 
Le 5 décembre 2017 le groupe Villecresnes Avenir vous a envoyé une lettre recommandée sans réponse à ce jour à propos de la future construction en centre-ville dont le projet n’a toujours pas été présenté à la commission d’urbanisme, aux élus et à la population.
Pouvez-vous donc nous indiquer si la municipalité est propriétaire de toutes les parcelles concernées par la vente du terrain pour cette réalisation et nous faire parvenir les justificatifs des actes de propriété ?


Monsieur Guille nous accuse de publier des photos truquées, de manquer d'objectivité, de respect et de tenter de manipuler nos concitoyens.
Il est vrai qu'en matière de manipulation monsieur Guille est un expert. Voici comment, en septembre 2013, il illustrait son appel à pétition par une photo qui n'avait rien à voir avec Villecresnes. Cliquer ici pour revoir sa publication. (ou sur l'image ci-dessous pour la seconde page)
Cliquer pour grossir

Contrairement à lui, nous avons précisé que notre photo “constituait une simulation réalisée à partir du bâtiment d'Atilly pour vous permettre de vous rendre compte de la hauteur de l'immeuble prévu par le maire.
Pire encore pour sa crédibilité, il avait en outre ajouté :“ Le promoteur du Bois d'Auteuil est le même que celui qui a construit le fameux quartier des Temps Modernes à Limeil-Brévannes, où les problèmes se sont accumulés.

Mais alors, monsieur le maire, pourquoi avoir confié votre projet du centre-ville à monsieur JOBBE-DUVAL, ce promoteur à problèmes que vous accusiez il y a quelques mois ?
N'est-ce pas ce même promoteur qui vous a ôté une grosse épine du pied en rachetant à la ville des terrains dont les autres ne voulaient plus ?
N'a t-il pas alors, tout simplement, obtenu de votre part une modification du PLU propre à permettre une compensation pour services rendus ? Un étage supplémentaire et quelques logements en sus par exemple ?

Répondez clairement au lieu de tenter de noyer le poisson par un verbiage loin de la réalité ?