vendredi 10 juin 2016

Le maire désavoue son adjoint “mezzo voce”

A la suite des propos injustifiés et diffamatoires tenus publiquement, au cours de la réunion du conseil municipal du lundi 30 mai, par M. Fossoyeux, les élus du groupe Villecresnes Avenir ont adressé une lettre ouverte au maire pour lui demander de démentir les propos de son adjoint. Monsieur Guille vient de publier sa réponse et voici la lecture que nous en faisons.

1) Ce qu'il écrit à propos de ce grave dérapage :

“D'après ce que l’on m’a relaté et en continuité avec votre attitude habituelle en conseil municipal, vous avez, une fois de plus, tenu des propos provocateurs dépassant largement le cadre du sujet traité ce qui, dois-je vous le rappeler, est contraire aux termes de notre règlement intérieur.
Cette attitude n’a pu que générer des échanges polémiques regrettables qui ne contribuent pas, loin s’en faut, au dialogue démocratique. Le maire-adjoint en charge des  finances a sa liberté de parole et il vous a apporté  la contradiction, hors de ma présence,  dans des termes qui sont les siens et dont je conçois qu’ils ont pu vous paraître excessifs.”

C'est un démenti du bout des lèvres, mais cela constitue tout de même un désaveu. Pour que chacun puisse se faire une opinion, voici le contenu intégral de l'intervention, de Didier Giard, parfaitement dans le sujet. Ni le fond ni la forme ne s'apparentent à de la provocation. Ce qu'il dit n'est que la triste réalité.



2) Le maire n'hésite pas à inverser les rôles, lorsqu'il dit :

“Le conseil municipal est un lieu d’échange et vous persistez dans une attitude qui consiste à provoquer pour pouvoir ensuite porter plainte en “fonction des réponses qui vous sont données.  Dans ce cas, tout dialogue devient impossible.”

On croit rêver. Lieu d'échange ? Pour cela il faudrait que le maire change de comportement en conseil. (Micro coupé, interruptions brutales, refus de donner la parole...de nombreuses vidéos en attestent). Quant aux plaintes, si elle étaient abusives, elles n'aboutiraient pas à sa condamnation comme ce fut le cas pour le règlement du conseil municipal et pour son refus de communiquer l'audit financier. Et ce n'est sans doute pas fini.

3) A propos de l'ancien maire

“S’il est normal que nos actions puissent être discutées par l’opposition ainsi que le réclame le jeu démocratique, celle-ci ne peut être un outil de vengeance de l’ancien maire qui deux ans après n’a, semble-t-il, toujours pas digéré sa défaite.”

Cette lettre a été adressée au maire par les élus du groupe Villecresnes Avenir. Il devrait s’en tenir à cela au lieu de nous servir ses antiennes. Depuis plus de deux ans, c'est lui qui ne cesse d’évoquer l'équipe précédente pour se disculper. Tout récemment encore avec sa dernière tribune publiée dans le magazine municipal. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire