lundi 9 décembre 2019

Article du Parisien sur la nouvelle école.



Vous trouverez ci-dessous l'article paru dans "Le Parisien " au sujet de l'implantation de la nouvelle école primaire. 

Nous nous opposons à la création de ce groupe scolaire rue Jean Cavaillès, jugeant le site difficile d'accès et dangereux pour les enfants.

Nous vous invitons à prendre connaissance de la pétition où vous pourrez découvrir nos arguments et notre proposition en cliquant sur <ce lien>



Villecresnes : le site de la future école fait polémique
La mairie projette de bâtir une école dans le nord de la ville. Mais son emplacement, peu accessible et près de la N 19, est critiqué par l’opposition.



Villecresnes. La future école prévue pour la partie nord de la ville aura une ossature bois semblable à celle du groupe scolaire Mélanie-Bonis. DR
Par Marine Legrand

Le 6 décembre 2019 à 16h06, modifié le 6 décembre 2019 à 18h20

Une pétition contre une école ? À Villecresnes, l'opposition monte au créneau sur un sujet consensuel en apparence, la construction d'une école. Elle fait signer une pétition devant les écoles ces vendredi 6 et lundi 9 décembre, dimanche 8 au marché, puis sur Internet.

L'opposition critique l'emplacement choisi pour bâtir ce groupe scolaire de neuf classes : un terrain de 3 000 m 2 situé rue Jean-Cavaillès, entre la N 19 et la Tégéval, derrière le McDonald's. « Elle sera à proximité immédiate de la N 19 et de ses nuisances sonores et atmosphériques, dans une rue au trafic le plus intense de Villecresnes car elle dessert la nationale, et sans capacité de stationnement », résume Stéphane Rabany (SE), conseiller municipal d'opposition.

« Nous avons évidemment prévu des emplacements de parking dans le périmètre du projet », rassure Gérard Guille (LR), le maire. La pollution liée à la circulation ? « Il y en a partout. Il n'y a pas de raison que les enfants soient davantage incommodés à cet endroit. »

Équiper la partie nord de la ville

Le maire assume son choix : « Il n'y a aucun équipement scolaire dans la partie nord de Villecresnes. Ce projet sera une chose très positive pour les habitants du nord et de Grosbois », insiste Gérard Guille, qui regrette de voir l'opposition « critiquer systématiquement tout ce que je fais, faisant même une pétition contre un kiosque à journaux ».

« Nous proposons la création de ces nouvelles classes en cœur de ville sur les sites des écoles du Château et des Fleurs, bien accessibles, même si ce n'est pas dans le quartier nord de Villecresnes », rétorque Stéphane Rabany.

Le projet, en tout cas, est bien sur les rails. L'appel d'offres est terminé. Onze dossiers de candidatures ont été reçus. Un jury se réunira bientôt pour retenir entre trois et cinq d'entre eux. Le bâtiment aura une ossature bois, « comme le groupe scolaire Mélanie-Bonis ». Coût : 4,5 millions d'euros HT. La construction démarrera en 2020. Les élèves y feront leur première rentrée en septembre 2021.

12 commentaires:

  1. très bonne initiative pour nos enfants. Le projet Guille est totalement déraisonnable et dangereux

    RépondreSupprimer
  2. La solution de l'opposition d'agrandir l'école des fleurs et la maternelle du château me semble une bonne initiative. Par contre, transformer la maternelle du Château en groupe primaire ne va pas résoudre le problème des deux groupes élémentaires. L'emplacement du stade VANDAR pour un nouveau groupe élémentaire,anciennement centre des loisirs, me semble plus approprié pour répondre au projet de réduction du nombre d’élèves dans les classes de CP et CE1 des deux groupes élémentaires.

    RépondreSupprimer
  3. Merci de votre question. Notre choix est le résultat d'un compromis. Tout d'abord, nous n'avons aucune implantation municipale dans le nord de la commune, il me semble juste d'y réfléchir à l'avenir. Le site idéal aurait été sur un terrain qui a été vendu récemment à l'angle des rues de Yerres et de l'étoile. Malheureusement, le maire n'a pas souhaité l'acheter afin d'y construire un groupe scolaire préférant y voir un nouveau lotissement.Le site Vandar pose des soucis techniques de réalisation et déséquilibre encore plus les quartiers sud et nord de la ville. En effet les enfants de la partie nord de Villecresnes se retrouvaient très éloignés des écoles. Le terrain se situant rue Cavaillès, au delà du fait qu'il est excentré présente un risque pour la santé de nos enfants.
    Nous devons résoudre rapidement le problème de manque de classes, le maire à trop attendu et nous avons perdu 3 ans dans un immobilisme difficile à comprendre.
    Nous proposons d'agrandir l'école des Fleurs et de construire un ensemble de classes maternelles et élémentaires en agrandissement de l'école du château. L'ensemble construit répondra à la nécessité de réduire à 24 élèves par classe conformément au projet du gouvernement et devra permettre une adaptation facile aux besoins futurs, la capacité foncière le permet. Ce site permet d'adresser les enfants de la partie Nord et aura le mérite de participer à la revitalisation du centre ville.

    RépondreSupprimer
  4. La question d'un groupe scolaire dois être bien réfléchi ,pourquoi pas sur le site de l'école du château si cela répond à certains critères comme la proximité des quartiers car il ne faut pas oublié que tout est concentré au même endroit la preuve en est l'ancienne école Attily face au merle cela étais absurde de mon point vu

    RépondreSupprimer
  5. Nous devons aller vite et les terrains disponibles sont rares. L'idéal aurait été que le maire préempte le terrain se situant à l'angle des rues de Yerres et de l'étoile. Nous pouvons y voir la construction d'un nouveau lotissement, c'est dommage, ce terrain aurait été idéal pour la construction d'un groupe scolaire, situé au nord de la commune, sans pollution particulière à proximité d'un maximum de familles dans un rayon de 500 mètres. Le maire n'a pas saisi l'occasion préférant encore construire des logements.

    RépondreSupprimer
  6. Construire sur le site des écoles des Fleurs et du Château permet d'avoir un nombre de classes supérieur au projet de Gérard Guille. Ce site reste central, facile d'accès (il n'est pas sur la départementale et permettant la création de places de stationnement. Je prends votre remarque sur la concentration d'écoles dans le quartier centre, reconnaissons que cela a pour avantage de revenir à une vraie carte scolaire avec 2 sites seulement et de redynamiser le centre-ville qui en a bien besoin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le choix de la rue Cavailles est un très bon choix il y a des habitants dans le nord de la ville et aucunes école contrairement au centre ville.
      Merci au maire de penser à nous.
      Et concernant le stationnement sur le site des écoles des fleurs et du château il est déjà bien compliqué, alors ajouter une autre école au même endroit serait catastrophique.
      Alors ne pas être d'accord avec la proposition du site pourquoi pas, mais vos arguments ne tiennent pas la route et votre contre contre-proposition encore moins.
      La ville existe au-delà du centre ville et il faut peut-être y réfléchir.
      Je ne comptais pas voté pour le maire sortant mais maintenant mais désormais je ne sais plus.
      Bien cordialement.

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

      Supprimer
    3. J’entends votre souhait de développer des activités collectives dans votre quartier mais je ne peux pas dire que le choix de construire une école à 80 mètres d'une grande nationale qui voit 60.000 véhicules par jour dont de nombreux camions est un bon choix. Nous connaissons maintenant très clairement le danger que constitue cette pollution de particules fines et de suie dans les poumons des enfants, C'est un fait établi, non un argument politique.
      Nous pourrions imaginer une activité économique mais en aucun cas exposer nos enfants qui présentent une fragilité accrue pendant leur croissance et qui s'oxygènent fortement dans les cours de récréation. Ce site constitue un choix dangereux pour une école.
      Sur les sites des écoles du Château et des Fleurs, nous aurons à revoir l'environnement afin de créer des places de stationnement. Le stationnement possible est beaucoup plus conséquent que celui de la rue Jean Cavaillès.
      Le regroupement que nous proposons permet globalement une amélioration de la vie scolaire, des échanges entre classes et de partage d’infrastructures. Nous prévoyons, par exemple, la création d’un potager partagé entre toutes les écoles du centre-ville. Nous envisageons la même création pour Mélanie Bonis.
      Le cœur de ville est central, il permet à chacun des quartiers un égal traitement quant aux distances à parcourir. Nous ne pourrons jamais avoir une école dans chaque quartier et vous savez que les enfants de la résidence d'Attilly et de la rue du Réveillon, des quartiers de la Gare, de Cerçay auront pour nouvelle école celle de la rue Cavaillès si celle-ci devait être construite.
      Je reviens sur les quartiers, il faut que l'on réfléchisse afin de permettre une qualité de vie identique dans toute la ville en facilitant les échanges entre l'ensemble de quartiers et avec le cœur de ville. Un espace collectif peut s'envisager pour des échanges associatifs, des assemblées de riverains, en revanche, le cœur de ville doit jouer son rôle de poumon économique qu'il ne joue pas aujourd’hui du fait justement d'un trop grand morcellement des zones d'activité (entreprises, commerces, activités administratives, etc.) De fait, le déclin de l'activité économique du centre-ville pénalise finalement l'ensemble de la ville et de ses quartiers.

      Supprimer
    4. Et que proposez-vous en lieu et place de cette école étant donné que le terrain a déjà été acheté? Pas des logements il va de soit au vu de la prétendue dangerosité du site.

      Supprimer
    5. Pour l'instant, nous n'avons pas statué. Je regrette simplement que la municipalité actuelle ait acheté ce terrain exposé à la pollution de la RN 19 pour 500.000 euros. Je peux toutefois vous assurer qu'il n'y aura pas de pavillons sur ce terrain.
      Quant à la "prétendue dangerosité" que vous énoncez, je ne suis pas d'accord avec cette formulation et je vous renvoie aux multiples parutions non discutables sur l'impact de la pollution routière des grands axes, notamment celui de AIRPARIF consultable sur notre site. Il existe également un document réalisé par l'administration à usage des élus des collectivités locales et qui alerte sur ces situations en préconisant une étude d'impact. Il n'y a même pas eu le début d'un questionnement avant le choix de ce terrain pour construire une école. On ne peut pas ignorer ces risques pour les enfants ou prétendre qu'il n'existent pas pour valider un choix contestable.

      Supprimer
  7. Tout d'abord je tiens à affirmer mon opposition la plus formelle au projet du maire actuel d'implanter cette nouvelle école entre bruit-fureur-pollution et mal-bouffe-odeurs-pollution ! C'est la plus mauvaise idée qui ait pu germer dans le cerveau d'un maire (ir)responsable.

    Votre projet d'implantation dans le parc du château n'est peut-être pas le meilleur mais il semble être cohérent. Le parc n'est en effet pas particulièrement utile aux promeneurs et plutôt ingrat sur l'espace autrefois destiné aux scolaires.

    Il faut reconnaître qu'il ne reste pratiquement plus de terrain disponible suffisamment grand pour recevoir une école et le même maire (ir)responsable aurait pu penser à privilégier la rue de l'Etoile au lieu d'y laisser s'implanter un "nouveau village".

    Par contre, votre projet risque de manquer d'accès pratique, surtout sur la rue de Cerçay qui souffre déjà des difficultés de stationnement de l'école maternelle du château.

    Avez-vous envisagé d'améliorer le stationnement sur la partie haute du parc, rue des Plantes mise en sens unique et à condition de modifier l'implantation des places de stationnement en épi plutôt qu'en ligne comme actuellement, ce qui permettrait de doubler facilement le nombre d'emplacements ?

    En tout cas, tout plutôt que l'école au ras de la RN 19 !
    J'ai signé la pétition...

    Cordialement
    Pierre Carré

    RépondreSupprimer