jeudi 25 mai 2017

Un maire qui cherche l'affrontement

Certains pensent que parfois nous nous acharnons sur le maire de Villecresnes. Et si, au contraire, l’acharnement était de son fait ?

Ainsi le 16 mai, Jean-René Cullier de Labadie adressait au service communication le texte de notre tribune pour le prochain magazine. Celle-ci “pesait” 1503 caractères quand la limite fixée par le règlement intérieur est de 1500
Imaginez : 3 caractères de trop ! 
Dans le mandat précédent nous avions toujours admis une tolérance de 50 à 100 caractères. Là, le maire se montre pinailleur au caractère près.


Une réaction aussi mesquine n’est-elle pas le signe que monsieur Guille cherche l’affrontement frontal avec l’opposition ? Ou bien serait-ce le sujet abordé qui lui a fait perdre la raison ?

Quoi qu’il en soit il pourrait bien se retrouver pour la troisième fois au tribunal administratif sur le même sujet.

En attendant voici le texte de notre tribune à 1503 caractères. (Cliquer sur l'image)


1 commentaire:

  1. Non mais... vous le faites exprès, c'est pas possible ! Il suffisait de faire une malheureuse petite faute d'accord et le problème était réglé...
    Non mais... ce maire, ça craint, non ?
    Non mais... il y a peut-être une autre question qui n'a pas été abordée. Ce refus dérisoire est-il du fait du maire ou bien de quelqu'un(e) d'autre ?
    Non mais... Moi je dis ça mais je dis rien !
    Non mais... Encore trois ans ?! Putain ça va être long

    RépondreSupprimer